Grille-pain, quand tu nous tiens…

Printemps 2020 : crise du corona-virus. Arrêt total de toutes les activités, de toutes les créations, de toutes les animations. L’urgence médicale a quelque peu fait oublier l’urgence de la transition écologique.

Dans ce contexte, le numéro de mai 2020 du magazine Que choisir propose un article intitulé « Le tout-électrique revient en force ».
On y apprend que l’électricité va s’imposer comme mode de chauffage dans le logement neuf à compter de 2021 dans la nouvelle règlementation thermique RT 2020, et qu’un projet de réglementation nationale s’apprête à favoriser le chauffage électrique en rénovation au point de devenir la norme.
Au second plan, les économies d’énergie et la réduction de la facture des ménages !
Comme le dit Que choisir, la France du tout-électrique et du tout-nucléaire est de retour. Pour y parvenir, ce projet s’appuie sur un détournement du label B.B.C. (Bâtiment basse consommation) et des modes de calcul appliqués au D.P.E. (Diagnostic de performance énergétique), en changeant fondamentalement les modes de calcul de l’énergie consommée, minimisant ainsi grossièrement le calcul de l’énergie électrique consommée.
L’étiquette énergétique des logements chauffés à l’électricité va ainsi passer par exemple de C à B, sans la moindre amélioration de l’isolation (mais cela coûtera toujours aussi cher en consommation électrique !)
Les associations NégaWatt et Effinergie, spécialistes de l’analyse des consommations énergétiques dans le bâtiment, s’étranglent d’indignation. Elles dénoncent ce qu’elles considèrent comme une tromperie, favorisant le lobby nucléaire au prétexte de consommer une énergie décarbonée en délaissant tous les efforts antérieurs entrepris dans le domaine de la sobriété et des économies d’énergie.
Retrouvez l’intégralité de cet article de Que choisir en suivant ce lien.
Voir également le résumé de cet article « Vers un retour forcé au tout-électrique » paru dans le numéro 589 de mars 2020 (page 28)